Pas de chichis entre nous !

Publié le par Catgeisha

 

Les Japonais ont depuis longtemps le souci permanent d'éviter les homophonies de mauvaise augure.

Ainsi, parmi les tabous linguistiques imposés par l'usage et par les traditions séculaires, il existe une sorte de superstition numérique mystique, dont la survivance se traduit par un respect, pour ne pas dire une crainte instinctive, que les Japonais ont encore de nos jours pour le chiffre 4.

Essayez seulement de garer votre voiture aux numéros 4, 14 ou 24 dans un parking de Tôkyô ou d'Ôsaka. Cherchez de même le siège numéro 4 dans un avion de la compagnie Japan Air Lines, ou encore la chambre 304 dans un hôtel, ou pis, dans un hôpital nippon : vous constaterez rapidement qu'ils n'existent guère.

Et c'est en particulier parce que la marque française mit en jeu un nombre considéré comme redoutable depuis un temps immémorial qu'une certaine Renault 4 fut un échec cuisant pour ses concessionnaires au Japon.

En réalité, cette superstition tire son origine d'une malheureuse homophonie, qui a été introduite dans la langue japonaise par suite de l'adoption de la numération chinoise et de son évolution conformément aux règles de l'écriture et de lecture du système sino-japonais.

Dans ce système, le nom du nombre 4 est shi; il se prononce donc de la même façon que le mot shi, qui signifie la "mort". D'où la répugnance que l'on sait pour l'usage du nom sino-japonais de ce nombre, que l'on exprimera généralement par le mot indigène yo- .

Pour 4000, pour une raison tout à fait semblable, on préfère donc l'expression yon.sen (nom indigène de 4, combiné au nom sino-japonais de 1000), à la combinaison d'origine chinoise shi.sen, qui fait songer à shi.sen, "la ligne mortelle". Pour "quatre hommes", on dira yo.nin, mais jamais shi.nin (= 4 hommes), qui est identique à shi.nin, le "mort" ou encore le "cadavre".

Enfin, pour 42, on ne dira jamais shi.ni (expression simplifiée de ce nombre sous la forme 42), pas plus d'ailleurs que shi.jû.ni(= 4x10+2) : la raison s'explique bien-sûr par la présence maléfique que la "mort" et le nombre "4" manifestent par leur "shi" dans les deux cas. Mais il y a une raison supplémentaire : dans le premier cas, l'expression fait penser en outre à shin.i, le "fait de mourir", tandis que la seconde correspond au nom des 42 années d'âge, considérées comme un seuil particulièrement dangereux pour les personnnes de sexe masculin. Aussi exprime-t-on ce nombre de préférence sous la forme : yon.jû.ni...

L'écrivain Amélie Nothomb, par exemple, dont on connait le penchant nippon, fait aussi référence à cette superstition au travers de ses ouvrages...

Enfin, lorsque vous faites un présent, si le nombre pair est préférable, évitez le chiffre 4 ! Quoique...si c'est pour votre belle-mère... ;-)

Bonne journée tout de même ! ;-)

 

Publié dans Japon

Commenter cet article

M. 10/05/2008 07:49

En plus de cette superstition, les japonais ont globalement un melange assez terrible lorsqu'il s'agit des jours du mois :
le premier est une exception (tsuitachi), puis du 2 au 10 on compte en prononciation chinoise, puis on change de 11 a 13, pour 14 il ya l'exception que tu notes, de 15 a 19 on revient, 20 et 24 sont deux nouvelles exceptions... bref, un joli meli-melo ;)

M.

Catgeisha 19/05/2008 05:51


Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?
;-)


Ai 愛 20/05/2007 21:12

Je connaissait cette supersition mais je ne savait pas que même en offrant des cadeaux, on y faisait attention.
Merci pour l'info ^V^

Catgeisha 25/05/2007 03:10

Konban wa Ai-san ;-)Quel joli surnom, amour ! ça me rappelle aussi le nom d'une héroine de manga, videogirl, que j'avais dévoré ;-)De rien pour l'info ;-)Merci à toi pour ta contribution à la communauté Japonaise ! Heureuse de partager cette passion ! ;-)Mata ne ;-)

Sisine 02/11/2006 00:36

Merci pour ton coup de main Cat et cool je suis fana en plus d'Inde du japon que j'ai connue à travers les mangas!
je repasserais lire tranquillement ton blog
bises @+

Jean-Youri 05/06/2006 13:30

En Occident le nombre treize est aussi lié à la mort. Qui se souvient encore que c'est à cause du dernier repas du Christ réunissant les douze apôtres et le Christ ? Depuis, être treize à table fait peur...
   Au revoir

Catgeisha 07/06/2006 00:41

Konban wa Jean-Youri !
Bienvenue sur mon blog ! Yô koso irasshai-mashita ! ;-)
Bien vu Jean-Youri...
L'Occident est lui effectivement très marqué par les croyances et mythes judéo-chrétiens...
Chez les indiens, le chiffre treize est associé à Kâma, le nom de la divinité hindoue du Désir cosmique et de l'Amour charnel et dont l'action déterminerait chez les êtres les lois de la renaissance...Le Kâma est en effet censé présider au 13è jour lunaire...
Comme quoi, du thanatos à l'éros, il n'y a parfois qu'un pas...ou presque...!
A bientôt Jean-Youri ! Ja ne ! ;-)
A bientôt ! Ja ne ;-) 

JFdP 10/05/2006 06:19

Courtoise et accueillante Geisha, ton pays m'attire parce que je suis un homme curieux du genre humain, tout simplement. Tu a survolé si furtivement mon univers virtuel que tu n'a sûrement pas remarqué à quel point j'aime les voyages...Et l'art!

Catgeisha 10/05/2006 23:33

Konban wa JFdP-san !
Oh que si j'ai entr'aperçu qu'il semblait être une mine en ce qui concerne l'art moderne et contemporain, notamment, et demande qu'on s'y attarde !!! Chose que je n'hésiterai pas à faire dès que j'en ai le temps !!! Un méridional amoureux de l'art et des voyages, forcément, ça se retient !!! ;-)
Ja ne ! ;-)