Littérature Asiatique

Publié le par Catgeisha

Auteurs :

 

Murakami (Haruki)

Haruki Murakami est né à Kobe en 1949. Après avoir étudié la tragédie grecque, il ouvre un club de jazz à Tokyo avant de se consacrer à l'écriture. Pour échapper au conformisme de la société japonaise, il rêve d'Amérique, raison pour laquelle il devient le traducteur de Fitzgerald et de Carver. Il rencontre le succès dès son premier roman paru au Japon en 1979, Ecoute le chant du vent, pour lequel il reçoit le prix Gunzo. Après la publication de plusieurs ouvrages, -La course au mouton sauvage, La Fin des temps, La Ballade de l'impossible, Danse, danse, danse, l'Eléphant s'évapore ou encore Les Chroniques de l'oiseau à ressort-, il s'expatrie en Grêce et en Italie, puis aux Etats-Unis. Il enseigne la littérature japonaise à Princeton et entame l'écriture d' Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil. En 1995, après le séisme de Kobe et l'attentat de la secte Aum, il rentre au Japon et publie Après le tremblement de terre. Les Amants du Spoutnik est paru en 2003, et son dernier roman Kafka sur le rivage vient de paraître, tandis que sa nouvelle Tony Takitani vient d'être adaptée pour le cinéma.

 

Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil

 

 

 

 

 

 

 

 

Titre :Au sud de la frontière, à l'ouest du soleil

Auteur : Murakami (Haruki)

Ed.: 10/18

Prix : 6e56 (poche)

Hajime a connu pour la première fois l'amour en compagnie de la douce Shimamoto-San. Séparés par la vie, il n'a pourtant jamais oublié. Aujourd'hui, à l'aube de la quarantaine, Hajime est devenu un homme ordinaire et s'estt construit une vie agréable entre sa famille et un métier qui lui plaît. Ce fragile équilibre résistera-t-il à ses retrouvailles avec Shimamoto-San ? (quatrième de couverture).

Un roman empreint d'une grande poésie, ciselé par l'un des maîtres de la littérature nippone contemporaine. Vous aurez du mal à le lâcher avant la fin !

 

 

Okakura (Kakuzô)

Le Livre du thé

 

 

 

 

 

 

 

 

Titre:Le livre du thé

Auteur: Okakura(Kazukô)

Ed.:Picquier

Prix:6e18 (poche)

Depuis plus d'un siècle, Le Livre du thé qui offre une introduction des plus subtiles à la vie et à la pensée asiatiques s'adresse à toutes les générations. Et ce grand classique, qui a permis naguère de jeter un pont entre l'Orient et l'Occident, n'a rien perdu de sa force et peut encore éclairer notre modernité.

Le trait de génie d'Okakura fut de choisir le thé comme symbole de la vie et de la culture en Asie : le thé comme art de vivre, art de penser, art d'être au monde. Il nous parle d'harmonie, de respect, de pureté, de sérénité. Et de sagesse. Que nous contemplions l'évolution de la voie du thé à travers l'histoire, ou que nous nous projetions dans le siècle qui s'annonce, il convient encore et toujours de nous tourner vers Le Livre du thé. (Quatrième de couverture).

 

Inoué (Yasushi)

 

Kawabata(Yasunari)

 

Mishima(Yukio)

 

Basho(Matsuo)

 

 Kafû(

Du côté des saules et des fleurs

 

Titre : Du côté des saules et des fleurs

Auteur : Kafû (Nagai)

Edition : Picquier Poche

Prix : 7e

"Les saules et les fleurs", c'est ainsi que l'on nommait les quartiers de geishas, à Tôkyô au début du siècle. Roman d'amour et de jalousies compliquées au parfum nostalgique, dans l'intimité des maisons de plaisir. Kafû y décrit les intrigues, les jeux érotiques, les manoeuvres du sentiment et de l'argent entre amants et courtisanes : autour de la belle Komayo, acteurs, musiciens, parasites ou amoureux veules se croisent et se déchirent. (quatrième de couverture)

 

Sôseki

Petits contes de printemps

 

 

Yoshikawa(Eiji)

Né au Japon en 1892. Il publie à vingt ans ses premiers textes dans les revues de Tokyo. Sa carrière littéraire féconde fera de lui l'un des plus grands romanciers japonais du siècle. Il meurt en 1962, couvert de gloire. La pierre et le sabre a été tiré à plus de 120 000 000 d'exemplaires.

 

La pierre et le sabre

  

 

 

 

 

 

Titre : La pierre et le sabre

Auteur : Yoshikawa(Eiji)

Ed. : j'ai lu

Prix : 9e50

"Le sabre perça l'air avec le bruit sac d'une corde d'arc, et un cri foudroyant l'espace vide...

Un énorme soleil rouge jaillit en flammes au-dessus du Higashiyama...

Fasciné, vibrant de vie, Musashi le regardait monter...

Son sang parut sur le point de jaillir de ses pores. On eût dit le diable même, surgi de l'enfer."

Dans le Japon du XVIIè siècle, Miyamoto Musashi, jeune homme fougueux, n'aspire qu'à se battre. Recherché dans tout le pays, il est recueilli par un moine et n'a bientôt plus qu'un but : tendre à la perfection grâce aux arts martiaux.

Son sabre sera désormais le serviteur du bien. Il ira de combats en conquêtes à la recherche d'amour et de sagesse, épaulé par le chant du tendre Otsû.

Un grand classique du récit initiatique qui marie amour, aventure et quête de soi. (quatrième de couverture)

Publié dans Littérature

Commenter cet article

Ambiphoque 17/05/2006 02:06

Salut et avant tout merci de ta visite, elle me permet de découvrir un blog intéressant, différent, bien écrit et beau (ce qui ne gâche rien !), au plaisir de revenir très bientôt...
 

Catgeisha 18/05/2006 00:00

Konban wa Ambiphoque-san !
Do-itashimashite ! ;-)
Je dois dire que ton blog, même s'il est en cours de ravalement de façade, est aussi intéressant, différent (ça c'est clair! ) voire conceptuel, et met en avant la création artistique ce qui est génial !
Le plaisir est partagé donc ! ;-)
C'est un plaisir aussi de partager ces goûts littéraires ! ;-)
Arigatô gozaimasu ! A bientôt ! Ja ne ! ;-)

xavier 10/05/2006 20:24

bon et bien moi je dirais que ce lire est gnial tant dans sa complexité dans l evolution et l interaction des personnages que dans l ambience que l auteur a su retranscrire enfin une histoire qui n est pas fade et surtout qui ne finit pas par la mort de tout les acteurs ...a l'habitude des tragedies japonnaises enfin je suis content de partager ca avec toi catgeisha tu est geniale et tu me manques

Catgeisha 10/05/2006 23:37

Konban wa X-san !!! ;-)
Oui, c'était un très beau cadeau ! ;-)
Oh ! X-san, ce que tu dis me touche beaucoup, comme toujours...je pense fort à toi...
Arigatô gozaimasu.
Je t'embrasse.